Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FOCUS SUR LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

11 Novembre 2018, 07:50

Quel est le point commun entre les gilets jaunes et les nuits debouts ? Une furieuse soif de démocratie participative !

La démocratie participative désigne l’ensemble des procédures, instruments et dispositifs qui favorisent l’implication directe des citoyens  dans le gouvernement des affaires publiques.

On peut parler à ce titre de cahiers de doléance, de forums numériques interactifs, de réunions citoyennes de quartier, de référundums d'initiative populaire (comme en Suisse).

Du grec "demos", peuple, et "kratos" signifiant, pouvoir, autorité et du latin "participatio", participer; la démocratie participative désigne l'ensemble des dispositifs et des procédures qui permettent d'augmenter l'implication des citoyens dans la vie de la cité, dans la vie politique. Elle permet d'accroître leur rôle dans les prises de décision.

Elle trouve son fondement dans les lacunes de la démocratie représentative et une crise de la représentation, une perte de confiance dans les élus politiques. Parmi les griefs : 

- parlement non représentatif de la diversité de la société,

- éloignement des élus du terrain et de la réalité quotidienne,

- sentiment pour les citoyens de ne pas être compris des politiciens,

- méfiance envers les hommes politiques,

- faiblesse des contre-pouvoirs,

- augmentation de l'abstention...

La démocratie participative s'inspire des concepts qui ont été mis en place à partir des années 1960 dans les nombreuses entreprises afin d'améliorer l'organisation des postes de travail (il s'agit du management participatif). La démocratie participative se présente comme un système mixte dans lequel le peuple délègue son pouvoir à des représentants qui proposent et votent des lois, mais conserve cependant le pouvoir de se saisir lui-même de certaines questions. Les caractéristiques d'une démocratie participative sont : 

- l'extension du droit de vote et de sa fréquence, assortie de l'initiative législative (ex : via des pétitions);

- la concertation dynamique, sous forme de débats libres, relative à des décisions aussi bien à échelle locale que nationale (exemple : Comités Consultatifs, Conseils de Quartiers...);

- la mise en place d'un système organisé qui garantit que toutes les idées constructives et nouvelles des citoyens seront examinées de manière efficace.

Un système de démocratie participative sera d'autant plus pérenne que toutes les mesures décidées sont acceptables par la grande majorité des personnes concernées et vont dans le sens du bien commun, et non celui d'un enrichissement personnel, d'une prise de pouvoir ou de tout interêt privé.

Les critiques faites à la démocratie participative portent principalement sur :

- la notion de démocratie participative qui n'est souvent qu'un simple discours rhétorique, sans réalité concrète, elle est parfois associée au populisme,

- la représentativité des citoyens participants aux débats,

- le rôle des conseils et comités qui se limite souvent à l'aspect "consultation", oubliant l'aspect "échanges entre acteurs",

- la difficulté de savoir si les avis exprimés sont fondés sur des considérations objectives ou sur la défense d'intérêts personnels;

- la difficulté de vérifier la véracité des informations ayant servi à l'argumentation.

Extrait du site LA TOUPIE, extrait de l'article ci-dessous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page