Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Focus sur Chacun fait ce qu'il lui plait

15 Février 2015, 22:32

Chacun fait (c’qui lui plaît) est le premier 45-tours et le plus grand succès du duo Chagrin d’amour. Considéré comme la première chanson rap en français, ce titre a connu un immense succès dès sa sortie en 1981, et fait figure de standard de la chanson française.

Les paroles de la chanson ont été pour une bonne part écrites dès le milieu des années 1970 par Philippe Bourgoin, et en 1977 le compositeur Gérard Presgurvic en livre une première version aux arrangements inspirés de la variété sur laquelle il chante lui-même. Le résultat n’est pas satisfaisant et une deuxième mouture voit le jour trois ans plus tard, mais Philippe Bourgoin n’est toujours pas convaincu. Peu après, ce dernier découvre un titre des Clash, The Magnificent Seven, dont les paroles commencent par « Ring ring, 7 A.M. », inspirant les « Cinq heures du mat’ j’ai des frissons » de Chacun fait (c’qui lui plaît).

Bourgoin oriente la chanson vers un style alors émergent, le rap. Il envisage d’abord d’enregistrer le titre lui-même, avant de faire appel à Grégory Ken. La compagne de Bourgoin, Valli, est conviée pour donner son avis. Finalement, et malgré sa mauvaise maîtrise de la langue française, elle donne la réplique au chanteur dans un couplet spécialement écrit pour elle. Le duo Chagrin d’amour vient de naître. La chanson sort en 45-tours à l’automne 1981, et elle est ensuite intégrée au premier album de Chagrin d’amour.

Les paroles de la chanson s’inspirent du monde de la nuit de Paris1. Un homme raconte ses déboires et ses angoisses de noctambule : alcool, bars louches, prostitution, et même police puisque le texte prend parfois la forme d’un interrogatoire. La prostituée qui lui a vendu ses services l’invite ensuite à passer à autre chose, avant de reprendre le premier couplet pour exprimer ses propres problèmes.

Le texte de la chanson contient de nombreuses allusions non seulement aux nuits parisiennes mais aussi à Marilyn Monroe (la blonde platine), à des marques de lingerie (Cœur-croisé, Éminence, Petit Bateau), et également, d’après Olivier Nuc, à Jean-Paul Sartre (« Pendant qu’Boulogne se désespère » est une référence à l’expression du philosophe « il ne faut pas désespérer Billancourt »).

Le succès de la chanson est presque immédiat. Dans le contexte de développement des radios libres, elle séduit les programmateurs, certains la faisant passer jusqu’à neuf fois par jour, comme sur NRJ. En février, mars et avril 1982, la maison de disques écoule 35 000 exemplaires du 45 tours par jour2. Les chiffres de vente se sont finalement élevés à trois millions de disques.

Le succès dépasse les frontières de la France, et même du monde francophone, puisque la chanson est adaptée en allemand, flamand, italien, espagnol… (source : wikipedia)

 

https://youtu.be/T6ANUrIayUU


https://fr.wikipedia.org/wiki/Chacun_fait_(c%27qui_lui_pla%C3%AEt)
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page