Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CinéPhilie saison 2019-20

My lady

Juge à la Haute Cour, Fiona May doit décider du sort d'une adolescente. Celle-ci, atteinte d'une leucémie, a besoin d'une transfusion de sang pour survivre, cependant, sa religion l'interdit. Avant de prendre sa décision, Fiona May lui rend visite. Cette rencontre bouleversera le cours des choses et la juge poussera sa vie et son mariage fracturé jusqu'au point de rupture. Faut-il obliger un adolescent à recevoir la transfusion qui pourrait le sauver ? Fiona Maye, Juge de la Haute Cour, décide de lui rendre visite, avant de trancher. Leur rencontre bouleversera le cours des choses. Une thèse de l’intime et de l’éthique, culminant dans un suspense de déontologie et d’humanité qui bouscule les a priori. L’un des meilleurs rôles d’Emma Thompson, qui retrouve les non-dits des Vestiges du Jour et la logorrhée d’Au nom du père. La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com Sur fond de justice et de sentiments, un drame porté par sa formidable interprète. La critique complète est disponible sur le site Dernières Nouvelles d'Alsace Au final, c'est un film servi avec une grande actrice Emma Thomson, d'une belle sensibilité et d(un bel humanisme. (sortie en 2018)

Je ne vois que toi

Après avoir perdu la vue dans un accident de voiture qui a coûté la vie à ses parents, Gina est devenue totalement dépendante de James, une dépendance qui semble nourrir leur amour passionnel. Le jour où Gina recouvre partiellement la vue grâce à une greffe de la cornée, elle redécouvre le monde et affirme une volonté d'indépendance qui déstabilise profondément James. Ce film est une bonne surprise se situant à la frontière entre le thriller et le drame. Ambiance particulière et suspense à rester scotcher sur l'écran. Attention, il faut attendre l'épilogue.

Le nouveau stagiaire

Le nouveau stagiaire est une comédie dramatique américaine réalisée par Nancy Meyers et sortie en 2015. Tout l'intérêt repose sur les relations intergénérationnelles et l'amitié. Pas d'agisme ici !!

L'histoire est simple. Ben Whittaker, veuf de 70 ans, se rend compte que la retraite ne correspond pas vraiment à son idée première. Dès que possible, il postule un poste de « stagiaire senior » dans une entreprise de vente de vêtements par Internet. C'est une start-up créée et dirigée par une jeune femme survitaminée mais inexpérimentée, Jules Ostin. Accepté, il est rapidement apprécié par ses collègues qui sont tous des jeunes décontractés, sympathiques, férus d'informatique, des milleniums, quoi. Ben s'avère en effet être un homme chaleureux qui prodigue de judicieux conseils. Rapidement, il devient indispensable par sa gentillesse et son charisme, et même une figure quasi paternelle pour sa jeune patronne... Ainsi va-t-il l'aider à prendre confiance en elle.

The circle
Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c'est une opportunité en or ! Tandis qu'elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l'entreprise, Eamon Bailey, l'encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l'éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l'avenir de ses amis, de ses proches et de l'humanité tout entière…C'est un film actuel qui fait froid dans le dos car il sonne déjà les dérives potentielles de demain des geeks et consort. Ce film n'a pas fait l'unanimité de la critique mais il est un bon support à discussions dans les ciné-clubs.

La couleur de la victoire

Film réalisé par Stephen Hopkins,, sorti en 2016.  Dans les années 30, Jesse Owens, jeune afro-américain issu du milieu populaire, se prépare à concourir aux Jeux d'été de 1936 à Berlin. Cependant, alors qu'Owens lutte dans sa vie personnelle contre le racisme ambiant, les Etats-Unis ne sont pas encore certains de participer à ces Jeux, organisés en Allemagne nazie. Ce biopic sportif est un message de tolérance bienvenu redonnant à l’esprit olympique toute sa pureté et sa noblesse...

MONEY MONSTER

Money Monster est un film américain réalisé par Jodie Foster, sorti en 2016. Le film a été présenté hors compétition au Festival de Cannes 2016. Il est une belle parabole, une histoire cruelle qui illustre une noble réflexion sur les excès et les dérives d'une société où l'économie, les médias et les valeurs personnelles sont imprégnés par la financiarisation. Jodie Foster propose une version personnelle des ravages de la spéculation. Son film est engagé, critique, efficace. Il suffit d'un grain de sable frauduleux pour que la machine à broyer et spéculer, pour que la machine à fric déraille...

Dans la maison

A force de corriger des dissertations insipides, monsieur Germain, professeur de français, s'est lassé de son métier. Mais soudain, la copie truffée de trouvailles littéraires de Claude, un élève, retient son attention et éveille son enthousiasme. Claude raconte sa visite dans la maison d'un camarade. Selon Télérama, "un prof (Fabrice Luchini) entre dans le jeu d'un élève doué qui lui remet des dissertations sur la famille de son meilleur ami... Un trompe-l'oeil troublant : François Ozon manipule spectateurs et personnages. C'est constamment brillant, intelligent, féroce"...

Love simon

Simon a une vie normale, dans une famille qu'il adore, entouré d'amis extraordinaires, mais il garde pour lui un secret : personne ne sait qu'il est gay et il ne connaît pas l'identité de son premier coup de coeur, avec qui il communique en ligne. Alors que son secret est menacé, la vie de Simon bascule dans une aventure aussi drôle que bouleversante. Ses amis prendront alors une place essentielle pour l'aider à changer sa vie et faire l'expérience du premier amour."Love, Simon" ne renverse pas les codes du teen movie : il cherche simplement à en offrir la version alternative, avec la même légèreté et douce lucidité que les réussites du genre. C'est non seulement important, mais c'est en plus parfaitement attendrissant. La critique complète est disponible sur le site Ecran Large Si "13 Reasons Why" était la série sur le harcélement que l'on a même pas eu besoin d'attendre tant elle a su précéder le mouvement metoo et la condamnation du harcèlement, force est de constater qu'on a longtemps attendu un film comme "Love, Simon".La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles Un film à voir, qui n'est pas militant, mais très touchant, salutaire et didactique... Une ode à la diversité !

Le grand jeu

Quand la jeune Molly Bloom débarque à Los Angeles, elle épaule son patron qui réunit des joueurs de poker autour de parties clandestines. Virée sans ménagement, elle décide de monter son propre cercle et très vite, les stars hollywoodiennes, les millionnaires et les grands sportifs accourent. Le succès est immédiat et vertigineux. Molly Bloom se retrouve acculée par les agents du FBI, menacée par la mafia russe décidée à faire main basse sur son activité et harcelée par des célébrités inquiètes.

Dans la brume

Le jour où une étrange brume mortelle submerge Paris, des survivants trouvent refuge dans les derniers étages des immeubles et sur les toits de la capitale. Sans informations, sans électricité, sans eau ni nourriture, une petite famille tente de survivre à cette catastrophe. Cependant, les heures passent et un constat s'impose : les secours ne viendront pas et il faudra, pour espérer s'en sortir, tenter sa chance dans la brume. C'est un film (2018) terrifiant et captivant alliant l’action, des images impressionnantes et drame dans une veine européenne. Il vous volera la soirée !

LESSONS IN LOVE

Professeur d'anglais à l'Université Jack Marcus(Clive Owen) déplore l'addiction de ses élèves aux réseaux sociaux. Ancienne star littéraire en crise personnelle, Jack n'a pas publié depuis belle lurette. Sa rencontre avec une nouvelle collègue lui ouvre un nouvel horizon. Il retrouve de l'énergie au travers d'une rivalité avec Dina Delsanto (Juliette Binoche). Elle est une peintre abstraite, célèbre pour son art, reconvertie en enseignante, à cause d'une arthrite précoce. Dès le début, ils s'attirent et se détestent dans un jeu de flirt qui ne dit pas son nom. Leur opposition les conduit à embrigader leurs élèves dans une joute pour savoir quelle est la forme d'art  la plus aboutie : les images ou les mots ? Merveilleux jeu d'acteur sur un fond de créativité picturale et verbale revigorantes.

Un coeur normal (Normal Heart)

La montée en puissance du virus du sida dans les années 80 et le combat d'un écrivain-activiste, Ned Weeks, fondateur d'un groupe d'aide luttant contre la maladie. Le film est adapté de la pièce de Broadway créé par Larry Kramer un activiste gay. La pièce est en quelque sorte auto-biographique. C'est toute l'histoire de cet écrivain gay qui se battre pour sensibiliser l'opinion à l'émergence d'une nouvelle maladie mortelle qu'est le sida. Un témoignage en quelque sorte historique et émouvant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page