Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faits et méfaits de la sédentarisation en période de restriction

1 Février 2021, 08:43

C’est indiscutable, quand on est chez soi, on bouge moins : on télétravaille de son bureau, parfois même de son lit. Avec la pandémie, la tentation de rester à l'abri chez soi a grandi et la sédentarité s’est imposée comme un problème majeur. «On sait que 30 minutes d’exercice physique par jour permettent de baisser de 40 % les risques de cancer, de maladies cardio-vasculaires ou d’Alzheimer», insiste Frédéric Saldmann. En plus de protéger des maladies, le sport va faire sécréter des endorphines, responsables d’un bien-être plus général. Et il permettra de booster le système immunitaire, qui nous défendra alors mieux contre tout type d’infection.

Ne pas sortir de chez soi va également avoir un impact sur la forme physique, puisqu’en restant en permanence sur place, on s'expose à la prise de poids. Le calcul est simple : «on grossit parce qu’il y a des entrées - on continue à manger - mais il n’y a plus de dépenses parce qu’on ne bouge pas», explique le cardiologue. Et en ces temps d’anxiété généralisée, certains peuvent avoir tendance à grignoter pour compenser : ils stockent plus que d’habitude à cause du stress et de leurs angoisses, sans se dépenser par la suite.

«Avec le couvre-feu et le télétravail, on perd les deux synchroniseurs du sommeil qui sont l’exposition à la lumière naturelle et l’activité physique», énonce Philippe Beaulieu, médecin du sommeil et auteur de Dormir sans tisane ni médocs. En journée, le niveau d’éclairement n’est pas suffisant, et sans s’exposer à la lumière naturelle le matin, l'organisme perd ses points de repères. Résultat, des troubles du sommeil peuvent apparaître, allant de la simple insomnie aux décalages de phases. À partir de là, on entre dans «le cercle vicieux de la léthargie», poursuit le médecin. Autrement dit, moins on en fait, moins on a envie d’en faire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page