Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comprendre les enjeux d’une réforme des retraites, et les solutions très opposées d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen

15 Avril 2022, 22:03

Contrairement aux idées reçues, le système de retraite français n’est pas un gouffre financier. En 2018, le système était peu ou prou à l’équilibre, avec un déficit de 2,9 milliards d’euros, soit 0,1 % du produit intérieur brut (PIB). Une relative bonne santé qui résulte des nombreuses réformes menées par les gouvernements successifs au cours des deux dernières décennies.

Un monde sépare les projets de réforme des retraites des deux finalistes de l’élection présidentielle 2022. Emmanuel Macron estime nécessaire de repousser l’âge légal de la retraite de 62 à 64 ou 65 ans pour préserver l’équilibre financier du système. Marine Le Pen affirme au contraire qu’il est possible de ramener l’âge de la retraite à 60 ans pour une partie des Français sans mettre en danger son financement.

Si l’on s’arrête là, les prévisions du COR peuvent laisser penser que le financement des retraites dans la durée est un non-sujet. La réalité est en fait plus nuancée. Les projections d’équilibre financier n’ont qu’une valeur indicative, car elles dépendent de plusieurs indicateurs, souvent difficiles à anticiper des décennies en amont : la démographie, l’espérance de vie, le nombre d’immigrés, la croissance économique, le taux de chômage, etc.

Ce qu’Emmanuel Macron veut faire

Emmanuel Macron a tenté, lors du quinquennat écoulé, de faire voter une ambitieuse réforme structurelle consistant à remettre à plat le système actuel et fusionner les quarante-deux régimes de retraite existants pour instaurer un système unique à points. Son projet, qui a rencontré de nombreuses résistances et une forte mobilisation sociale, a été suspendu par la crise du Covid-19. Il a renoncé à remettre cette proposition sur la table dans son programme en vue d’un éventuel second mandat, en annonçant une réforme légèrement moins ambitieuse, avec la disparition très progressive des régimes spéciaux pour aboutir à trois régimes distincts. Mais il souhaite surtout reculer l’âge de départ à la retraite, en arguant que c’est la seule manière pour pérenniser le financement du système. « Tous ceux qui vous disent qu’on peut maintenir aujourd’hui les choses comme elles sont, mentent », a-t-il par exemple assuré sur France Inter le 4 avril. 

Ce que Marine Le Pen veut faire

A l’inverse, Marine Le Pen veut avancer l’âge de la retraite, dans le but affiché que les Français arrivent à la retraite en bonne santé et puissent en profiter plus longtemps. Elle a renoncé à rétablir la retraite à 60 ans pour tous, qui figurait dans son programme en 2017, mais souhaite conserver cette date de départ pour ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans et cotisé pendant quarante ans. La durée de cotisation augmenterait progressivement selon l’âge du début de carrière, jusqu’à quarante-deux ans pour ceux qui ont commencé à travailler à partir de 25 ans. Elle souhaite en outre annuler la réforme Touraine, qui devait porter la durée de cotisation de quarante-deux à quarante-trois ans pour les personnes nées après 1973. Marine Le Pen souhaite aussi augmenter le niveau de la retraite minimale à taux plein et le minimum vieillesse à 1 000 euros, et s’engage comme Emmanuel Macron, à revaloriser chaque année les retraites en fonction de l’inflation.

Le relatif équilibre actuel des comptes sociaux se fait au prix d’une baisse du niveau de vie des retraités par rapport aux actifs. En effet, depuis les années 1980, le niveau des pensions de retraite est revalorisé chaque année selon un mode de calcul (l’index des prix à la consommation) qui progresse moins vite que les salaires – sans compter les années où le gouvernement décide d’une revalorisation moindre encore, comme 2019 ou 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Haut de page